Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos aventures avec le monde

CARTAGENE DE INDIAS

23 Juillet 2018 , Rédigé par Patrice et Véronique Publié dans #carnet de route

Nous quittons SANTA MARTA le samedi 15 mars 2014 et prenons la route vers l’ouest. Celle-ci traverse le golfe de Santa Marta sur un tout petit bout de terre entre la mer et la lagune.

CARTAGENE DE INDIAS

 

Nous traversons la ville très active de BARRANQUILLA et prenons la route du bord de mer où nous nous arrêtons pour bivouaquer à la plage Someca juste avant SANTA VERONICA. On ne peut pas dire que celle-ci soit très propre et apte à la baignade. En effet, les bois flottants, les algues encombrent la plage.

Nous poursuivons le lendemain vers CARTAGENE en nous arrêtant au volcan Totumo. Il s’agit d’un volcan enterré où seulement le cône supérieur d’environ 7 mètres dépasse. Et dans ce cratère, nous faisons un bain de… boue.

Très agréable même si les hommes qui nous massent au fond nous obligent à nous allonger complètement et à mettre ainsi la tête dans la boue !

CARTAGENE DE INDIASCARTAGENE DE INDIAS

Après ce petit bain exfoliant, nous allons nous rincer dans le lac tout proche.

CARTAGENE DE INDIAS

Nous arrivons ensuite à CARTAGENE. Le parking de la Marina refusant que l’on dorme dans notre Casilla, nous nous garons dans la rue en impasse juste à côté. Nous rencontrons Carine, Andréas et leurs trois enfants qui attendent leur camping-car qui arrive du Panama mardi. Ils arrivent tout juste en Amérique du Sud et projettent d’aller jusqu’à USHUAIA.

Nous visitons le centre historique de CARTAGENE DE INDIAS, bien protégé à l’intérieur de ses remparts.

CARTAGENE DE INDIAS

Nous déambulons dans les petites rues étroites où de jolis balcons couverts de bougainvilliers égayent les maisons coloniales. Les places sont ombragées et très agréables pour y flâner.

Les façades sont peintes de couleurs vives et sous le soleil de cette côte caraïbe, la luminosité est éclatante.

CARTAGENE DE INDIAS
CARTAGENE DE INDIAS

Nous visitons aussi le quartier Getsemani où nous voyons de magnifiques maisons avec de jolis portes et balcons et passons le pont des Pegases. Nous apercevons au loin la forteresse San Fernando qui protégeait la ville antérieurement.

CARTAGENE DE INDIAS

Sur une place, nous pouvons voir une exposition de sculptures en fer forgé très réussies. Sur la place se trouve aussi la statue de San Pedro de Claver, jésuite connu comme ayant été « l’esclave des esclaves », ayant vécu dans le couvent portant maintenant son nom jusqu’en 1654. Il fut le premier personnage canonisé du Nouveau Monde en 1888.

CARTAGENE DE INDIAS

Pour profiter de la brise marine (car il fait très chaud), nous allons avec la Casilla sur la plage en face de l’hôtel Las Americas pour nous reposer.

 

CARTAGENE DE INDIAS
CARTAGENE DE INDIAS

Patrice en profite pour faire un petit tour en jet-ski.

 

CARTAGENE DE INDIAS

Nous quittons CARTAGENE DE INDIAS le mardi 18 mars 2014 et partons pour l’ile de Baru. Le passage du canal entre le continent et l’ile est un peu épique et impressionnant tant pour le pont d’embarquement que le moyen de traction de la barge. Mais nous arrivons à bon port !

CARTAGENE DE INDIAS

Nous cherchons un long moment un bivouac face à la mer gratuit mais en vain. Nous ne pouvons poursuivre notre route car celle-ci a été grignotée petit à petit par les vagues (les poteaux d’électricité sont maintenant dans la baie, les pieds dans l’eau) et la route n’est maintenant plus qu’une plage de sable fin. Nous apercevons un peu plus loin un engin de chantier ensablé. Pour vous dire comment c’est mou !

Aussi, nous nous installons sur le parking de la Playa Blanca (plage blanche) sans vue sur la mer, mais tranquille.

Nous nous promenons au coucher du soleil sur la plage. Elle est magnifique, dommage que les abords de celle-ci ne soient qu’une décharge à ciel ouvert ! Nous ne comprenons pas le manque de soin que les locaux peuvent donner à leur richesse naturelle.

CARTAGENE DE INDIAS

Nous nous baignons de bon matin dans une mer chaude et d’un bleu superbe, parfois tâché de noir par des bancs de tous petits poissons.

CARTAGENE DE INDIAS
CARTAGENE DE INDIAS

Nous assistons au nettoyage de la plage qui consiste à ratisser les saletés laissées par les touristes (canettes, assiettes en carton, cigarettes et autres) puis de faire un trou pour tout mettre dedans. Ensuite, ni vu ni connu, on pose les transats dessus. OK, il n’y a pas de coût de transport des déchets, mais je n’ose imaginer la propreté du sable en dessous de ma serviette !

Nous quittons ce lieu au début de l’après-midi, le mercredi 19 mars 2014, pour nous rendre en longeant la côte à TOLU.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article