Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nos aventures avec le monde

LA FORET AMAZONIENNE

16 Mars 2015 , Rédigé par Patrice et Véronique Publié dans #carnet de route

Nous quittons QUITO le mercredi 15 janvier 2014 accompagné de Daniel, direction plein est, vers la forêt amazonienne.

Nous avons le plaisir de croiser sur la route, en sens inverse, Danièle et Louis qui nous avaient quittés à BANOS. Nous nous arrêtons pour papoter un petit peu puis chacun reprend sa route, dans des directions opposées.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous allons jusqu’aux thermes de PAPALLACTA où nous bivouaquons et profitons des eaux chaudes dans des bassins à ciel ouvert très agréables.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous profitons aussi de l’endroit pour traiter nos vêtements avec un produit anti-moustique en prévision de notre séjour dans la forêt.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous repartons le vendredi 17 janvier 2014 en direction de BAEZA puis nous arrivons à la cascade San Rafael, sur la route en direction de LAGRO AGRIO. Un pipeline pétrolier longe toute la route pendant plusieurs centaines de kilomètres.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Comme nous sommes en début d’après-midi, nous décidons de faire la petite balade d’une heure jusqu’à la cascade. Nous ne sommes pas encore en vue de celle-ci qu’une pluie torrentielle nous tombe dessus et nous trempe rapidement jusqu’aux os. Nous n’allons pas jusqu’au bout car nous sommes entourés de nuages bas et nous ne pouvons rien voir.

Retour aux camping-cars pour nous sécher, boire un bon chocolat chaud et nous allons nous installer à un bivouac non loin.

Le lendemain matin, nous faisons de nouveau la balade jusqu’à la cascade et cette fois, nous avons pris nos précautions puisque nous avons nos protections de pluie.

De nouveau, le ciel nous tombe sur la tête et malgré nos protections, nous sommes complètement trempés en peu de temps. Et toujours aucune vue sur la cascade.

Rrrrrrrrh ! Il n’y a pas moyen. Nous renonçons à la voir.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Une fois changés, nous reprenons la route qui longe des forêts luxuriantes et vallonnées (on comprend pourquoi quand on voit qui ne cesse de tomber !). Nous passons la ligne de l’Equateur pour la première fois par voie terrestre.

LA FORET AMAZONIENNE

Une fois dans l’hémisphère nord, la pluie redouble d’intensité (normal !) et nous descendons progressivement dans le bassin amazonien pour atteindre dans une chaleur moite, à moins de 300 mètres d’altitude, la ville de LAGO AGRIO.

Les véhicules parqués dans un lieu sûr, les sacs prêts pour notre expédition qui commence demain, nous allons faire un petit tour en ville. Il règne ici une effervescence de ville frontière qui ne nous plait pas vraiment. Nous dinons de tout ce qui pourrait être périssable pendant notre absence et nous nous couchons dans une chaleur toujours aussi moite et suffocante.

Nous partons le dimanche 19 janvier 2014 dans un bus pour plus de 2 h de route vers le pont de CUYABENO. Nous traversons des étendues de terrains où la forêt a été abattue et où l’homme s’est installé pour la culture et son habitat.

Au pont, nous embarquons avec un guide indigène dans une pirogue à moteur et parcourons, en un peu plus de 2h30, 22 kilomètres sur la rivière Cuyabeno, tout en méandres, jusqu’au lodge Guacamayo.

Nous sommes maintenant dans une forêt magnifique et pouvons voir des oiseaux, singes, paresseux. Lorsque lors d’un arrêt, le moteur s’arrête, nous entendons un bruit important tout autour de nous provenant d’une multitude d’animaux. Très impressionnant !

LA FORET AMAZONIENNE

Après une heure de navigation, une pluie torrentielle s’abat sur nous et nous sommes complètement trempés à notre arrivée. Nous espérons que ce ne sera pas cela tous les jours car on va vite manquer de vêtements secs !

Après un bon repas, nous prenons possession de notre hutte pour quelques moments de détente.

LA FORET AMAZONIENNE

A 16 h 30, nous partons en pirogue à moteur assister au coucher de soleil sur la laguna Grande après avoir vu une multitude d’oiseaux dont un oiseau branche, des caïmans et des tortues aquatiques. Nous rentrons à la nuit et guettons les yeux rouges des caïmans à la lueur de nos torches.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNELA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Le lendemain, nous partons en pirogues à moteur avec nos compagnons d’expédition pour une balade découverte au milieu de la forêt. Nous y découvrons les plantes médicinales, les insectes et les batraciens, les oiseaux et autres animaux (parfois inoffensifs ou dangereux). Nous revenons dans une pirogue à rame ce qui nous permet de mieux entendre le bruit permanent, de jour comme de nuit, qui s’élève de la forêt.

Après une sieste dans les hamacs, nous apercevons dans un arbre proche de notre hutte, une vingtaine de singes capucins qui sautent de branche en branche.

En fin d’après-midi, nouveau départ pour la laguna Grande afin d’admirer un superbe coucher de soleil. Puis nous partons pour une courte balade dans la forêt pour écouter le bruit de l’ensemble des animaux et voir les différents insectes visibles la nuit.

Le retour au lodge, dans une pirogue à moteur lancée à toute allure dans la rivière Cuyabeno envahie par les troncs d’arbres alors qu’il n’y a plus de lumière, est très impressionnant.

LA FORET AMAZONIENNE

Au cours de ces promenades, nous découvrons de nombreux animaux comme des oiseaux …

LA FORET AMAZONIENNE

Des singes et paresseux …

LA FORET AMAZONIENNE

Des insectes, batraciens, araignées, caïmans, chauves-souris et autres …

LA FORET AMAZONIENNE

Le second jour, nous partons pour 2 h de pirogue à moteur, encore plus loin dans la jungle, pour aller dans un village d’indigènes Siona.

Nous nous essayons au tir de fléchettes à la sarbacane. Nous goûtons à une papaye et à du raisin de la forêt qui pousse sur une sorte de palmier.

Accompagnés d’une femme du village, nous déterrons des racines de manioc afin de préparer du pain cuit au feu de bois.

Après le déjeuner, nous partons voir le chaman du village, personnage très important dans ces cultures. Le guide Jairo, adepte de ces croyances, nous explique ses fonctions et son pouvoir dans la communauté. Celui-ci pratique une de ses incantations sur moi, mais j’avoue que cela n’a rien produit.

LA FORET AMAZONIENNE

En fin de journée, nous repartons vers la laguna Grande à la recherche d’un anaconda. Malheureusement, il ne se trouve pas là où les guides pensent. Nous assistons à un superbe coucher de soleil. Nous renonçons cependant à la baignade dans le lac infesté de caïmans et de piranhas…. Pas fous quand même !

LA FORET AMAZONIENNE

Le troisième jour, nous nous levons vers 6 H pour observer les activités matinales des oiseaux et singes d’en haut de la tour d’observation. Après le déjeuner, les membres de notre groupe prennent une pirogue pour partir alors que nous restons tous les trois avec notre guide, Jairo, afin de faire une excursion dans une petite barque à rame jusqu’à une lagune magnifique.

Etant en période de basses eaux, il nous faut parfois jouer de mouvements violents du corps pour faire passer l’embarcation au-dessus des troncs d’arbres couchés dans le petit bras de rivière. Et impossible de nous agripper aux branches des arbres car ils sont pleins d’épines !

L’endroit est très calme et nous avons la chance de voir un oiseau, un gritador unicornio, très rare et qui n’avait pas été vu dans le secteur depuis plus de 2 ans.

Du fait du niveau bas des eaux, nous regardons de loin seulement les caïmans noirs énormes qui se prélassent dans l’eau, des oiseaux et de superbes arbres.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous rentrons au lodge à la rame et Patrice et Daniel ne participent pas trop à l’effort car ils font les zouaves avec un reportage vidéo style « Indiana Jones ».

Alors que nous avons retrouvé le cours de la rivière Cuyabeno, nous apercevons des tortues mais aussi des singes capucins qui volent littéralement au-dessus de nos têtes pour passer d’une rive à l’autre en s’agrippant aux branches. Très agiles ces petites bêtes !

LA FORET AMAZONIENNE

Nous quittons notre coin de jungle le jeudi 23 janvier 2014, enchantés de cette expérience qui restera marquée longtemps dans nos esprits. Et en plus, nous n’avons eu aucune piqure de moustiques malgré la présence de l’eau omniprésente … L’idéal, non !

Nous restons à LAGO AGRIO pour faire un peu de lessive, remplir les réfrigérateurs complètement vides et reprenons la route pour COCA le vendredi 24 janvier 2014.

Nous sommes entourés de forêts mais partout de vastes places sont déboisées pour faire la part belle à l’élevage, la culture de bananes et de cacao, et bien sûr aux habitations humaines.

Nous arrivons à COCA en fin de matinée. Après un petit tour en ville où nous goutons à des vers de palmiers grillés (pas mauvais mais pas raffinés non plus), nous déjeunons près du rio Napo. Il fait très chaud (plus de 33 °) et l’humidité dans l’air est très importante nous rendant très moites.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Nous poursuivons notre route pour trouver un bivouac auprès d’une rivière où au même endroit des enfants jouent dans l’eau, des femmes lavent leur linge et des jeunes filles se lavent les cheveux.

Nous profitons de cet endroit pour rincer notre lessive et comme l’eau est bonne, pour piquer une tête afin de nous rafraichir un petit peu.

Mais alors que nous n’avions rien eu dans la jungle, nous sommes attaqués par les moustiques et couverts en un rien de temps de piqûres !

LA FORET AMAZONIENNELA FORET AMAZONIENNE

Nous quittons notre campement avec regret le samedi 25 janvier 2014 pour nous rendre à TENA. En route, à la pause déjeuner, nous nous arrêtons au zoo El Area au nord d’ARCHIDONA et pouvons admirer dans un cadre très agréable de multiples animaux dont la plupart sont en voie de disparition mais aussi de jolies fleurs et une haie de bambous immenses.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Après quelques courses à TENA, nous allons jusqu’au terrain de foot de la communauté Shuripuno près de PUERTO MISAHUALI. Comme il y a fête au village, Patrice et Daniel partent après le diner à pied pour y assister et rentrent très contents à plus d’une heure du matin.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous visitons à PUERTO MISAHUALI la ferme aux papillons de Pepe Tapia et nous en apprenons beaucoup sur cet élevage, de la récolte des œufs, de la croissance en chrysalide et de leur alimentation.

Les papillons dans la volière sont immenses et magnifiques. Malheureusement, le plus beau, le grand bleu et noir n’arrête pas de voler et il est impossible de le photographier. (Il parait que dans la nature, il parcourt 14 kilomètres par jour !).

Certaines chrysalides ressemblent à de véritables bijoux !

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Sur la route de retour vers TENA, nous nous arrêtons aux cascades du rio Latas. La montée est rude et difficile pour notre ami Daniel avec ses béquilles. Il fait toujours chaud et moite. Aussi, la baignade dans le bassin au pied de la chute d’eau est très rafraîchissante et une véritable récompense.

LA FORET AMAZONIENNE

A TENA, nous visitons le parc de l’ile, véritable forêt tropicale avec de superbes fleurs, situé au centre de la ville.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous repartons ensuite pour trouver un bivouac le long de la rivière à ARCHIDONA. Des cahutes en paille sont là, idéales pour cuisiner dehors à l’abri de la pluie qui est arrivée depuis que nous avons quitté le parc de l’ile.

C’est même un terrible orage qui éclate avec beaucoup de tonnerre et d’éclairs à minuit !

LA FORET AMAZONIENNE

Nous reprenons la route plein nord en direction de BAEZA et nous grimpons petit à petit dans un environnement très boisé. Du fait de l’orage et de ce changement d’altitude, la chaleur est plus supportable.

A BAEZA, comme il fait grand soleil, nous décidons de refaire un peu de route pour aller à la cascade San Rafael, espérant pour cette troisième fois la voir.

Notre persévérance est récompensée car nous faisons la balade sous le soleil et au bout du chemin, nous pouvons admirer la cascade la plus haute d’Equateur. Son débit est très important et des tourbillons et vapeurs d’eau s’élèvent en son centre.

LA FORET AMAZONIENNE
LA FORET AMAZONIENNE

Sur la route nous ramenant à QUITO, nous faisons une nouvelle halte aux thermes de PAPALLACTA. Après un point wifi, nous nous baignons dans une eau à 43° alors qu’il ne fait pas plus de 11° dehors et qu’il pleut.

Nous bivouaquons sur place car nos corps alanguis par l’eau chaude ne sont pas capables de poursuivre la route.

Arrivés à QUITO le mercredi 29 janvier 2014, nous faisons le tour des administrations (ambassade de France qui ne nous est d’aucun secours, immigration et douane) pour connaitre la législation sur les visas et le gardiennage des véhicules dans ce pays.

Après trois bureaux, nous avons la confirmation que notre visa est de 90 jours sur une année calendaire. Aussi comme nous voulons repasser par ce pays après la Colombie (nous renonçons à passer au Venezuela compte tenu de la situation politique et économique difficile actuellement) et que nous avons déjà utilisé 76 jours de notre stock, nous prenons la décision de quitter rapidement l’Equateur.

Mais au jour de notre départ, nous constatons que nous avons une défaillance du roulement de la roue arrière droite où fuit de l’huile. Nous voilà de nouveau bloqués dans un garage pour remédier au problème.

Nous passons la dernière journée avec Daniel sur le site de la Mitad Del Mundo, la ligne de l’Equateur (enfin presque car notre GPS ne nous indique pas le 00 00’ sur le site même mais au milieu d’une route proche … pas très pratique pour le tourisme !). Daniel repart vers le sud pour aller stationner son véhicule chez nos amis Jacques et Melba au Pérou pendant qu’il sera en France pour quelques mois et nous, nous partons vers le nord et la Colombie.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous quittons après un bon restaurant notre ami avec la certitude de ne plus le revoir sur ce continent, mais avec la promesse de nous revoir en France ou ailleurs.

LA FORET AMAZONIENNE

Nous parcourons rapidement la route (même si nous nous égarons un moment sur un piste sans issue) pour atteindre la frontière et arriver en Colombie, à IPIALES le samedi 1er février 2014.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article